Accueil » Producteurs

Producteurs

Avant de vous présenter les producteurs, quelques explications… Ces derniers sont choisis selon plusieurs critères :

  • Respect de la saisonnalité du cycle des plantes ;
  • Démarche d’une agriculture de bons sens ;
  • Fruits & légumes cueillis à maturité pour un maximum de qualité gustative ;
  • Proximité géographique pour préserver la fraîcheur

Le conditionnement, les fournitures de bureau, carte de visites (…) bref, tous ce dont une entreprise a besoins pour fonctionner, provient majoritairement d’entreprises de la région Centre. Volonté prégnante dès la naissance de l’entreprise, c’est en sorte la culture d’entreprise des Paniers de Anne !

APICULTEUR ALESSANDRONI DIDIER – LOIRET

Didier ALESSANDRONI ? C’est l’apiculteur des Paniers de Anne. Son parcours ? Après avoir travaillé dans la maintenance, envie de prendre l’air au propre comme au figuré. Pourquoi l’apiculture ? En 2009, sur la route, il écoute la radio : il entend des apiculteurs passionnés par le travail avec nos amies les abeilles…La p’tite idée qui lui trottait dans la tête depuis quelques temps déjà fait un bon en avant ! 2009 : il revêt sa combinaison blanche pour travailler ses premières ruches et récolter les premiers kilo. de miel!

 

GAEC DE LA BEAUCERIE – EURE-ET-LOIR

Lentilles, pois cassés et haricots chevriers, toutes ces légumineuses sont cultivées par Laurent Delatouche (à gauche de la photo). La ferme? C’est 45 hectares de terre…non irriguée. La première légumineuse cultivée fut la lentille par le père de Laurent, il y a plus de 30 ans. Et aujourd’hui? Les lentilles, c’est 17% de l’exploitation, le haricot chevrier, 11% et le pois cassé, 1%. Bon à savoir : Laurent est un amoureux du goût et vous propose donc une variété ancienne de haricot chevrier et il faut être vraiment amoureux…les inconvénients de cette variété : moins de rendement, sensibilité à la maladie et tendance à blanchir. Mais que ne ferait-on pas par amour? Autre bon point : les haricots sont triés à la main! Qui dit mieux?

LA BELLE DU BERRY – CHER

La Belle du Berry élabore des huiles aux subtils parfums. 100% naturelles!

Fondée en 1999, l’huilerie est une entreprise familiale. Toutes les graines proviennent de l’exploitation familiale et de fermes autour de l’huilerie en répondant à un cahier des charges strictes, gage de qualité et de traçabilité.

Les huiles obtenues sont de 1ère pression à froid c’est à dire, obtenues à basses températures et de façon artisanale. Ceci est un gage de saveur et de qualité nutritionnelle qui sont les caractéristiques des produits de la Belle du Berry. De nos jours, cette méthode tend à disparaître au profit des méthodes dites « d’extraction à chaud » utilisées par les industriels, réduisant ainsi les qualités nutritionnelles des huiles en détruisant leurs goûts.

MARAICHER BOULLIER – LOIRET

Maraîcher de génération en génération…Dans la famille BOULLIER, je demande le père, Jean-Pierre! Il a repris les terres maraîchères, héritées de ses parents (dans la famille depuis plus de 1/2 siècle). Sylvaine, sa femme, vient de la Seine et  Marne ; elle aide son mari sur l’exploitation. Yannick, leurs fils, travaille au côté de ses parents pour, un jour, reprendre le flambeau!

Légumes pour Les Paniers de Anne : betteraves, pommes de terre Noisette et Charlotte, carottes, courgettes vertes et jaunes, échalotes…


BRASSERIE SANCERROISE – CHER

Dans les anciens abattoirs de Sancerre, la famille Dumas (le père, la mère et… le fils, apprenti-brasseur) installe une brasserie d’origine autrichienne pour fabriquer les bières selon des recettes traditionnelles, de façon naturelle et avec des malts régionaux (Issoudun - Indre).

Les techniques de brassage? Infusion et décoction. L’infusion? Méthode multi-palier consistant en une montée progressive des températures (de 36°, 48°, 62°,72° 78°) : simple et rapide, transforme l’amidon du malt en sucre sans apporter trop de couleur à la bière.  La décoction? Méthode ancienne et germanique (souvent délaissée au profit de l’infusion) : longue et complexe consistant à bouillir qu’une partie du malt pour le réintroduire ensuite au malt restant. Oui, oui,  je sais, c’est un peu compliqué! Et encore, j’ai simplifié…

CHABEAUX BRIGITTE – CHER

Après avoir travaillé dans une collectivité en tant qu’animatrice territoriale puis fait la cueillette des plantes sauvages dans le Cantal , Brigitte Chabeaux revient dans sa région d’adoption, le Boischaud pour y acquérir une ferme, convertie en bio. Son projet? Travailler les plantes. Pourquoi? Le contenu de sa bibliothèque et de sa pharmacie « parle » pour elle : homéopathie, nombreux ouvrages sur les vertus des plantes… Son slogan pourrait être : « Des plantes qui vous veulent du bien ! » Brigitte récolte ainsi menthe, verveine (…) pour en faire des tisanes, huiles aromatisés…


 

COLOM ALBERTI – CHER

En hiver, les pommes et les poires, c’est bon, mais il faut quand même varier les plaisirs gustatifs! D’où viennent les citrons verts, les bananes, les kiwis…bref les fruits  peu ou prou disponibles en raison d’un éloignement géographique? SOS Colom Alberti, via Slima (cf. photo) ! C’est lui qui me conseille, m’oriente pour vous proposer les meilleurs fruits.


CONFITURE DE SOLOGNE – CHER

Au bout d’un chemin forestier, près de Nançay, vous arrivez dans la ferme de Sylvain PINGUET. Avec des fruits rigoureusement sélectionnés en provenance, pour la plupart, de la région Centre, il vous confectionne des confitures et des gelées sans colorant, ni conservateur. Leur teneur en fruit : 70%!


ARBORICULTEUR EARL COTEAUX DE ST MARTIN – CHER

L’EARL Côteaux de St Martin comprend 8 hectares de vergers de production en coteaux, au cœur de  l’histoire du verger forestin, remontant au roi Charles VII et à la fin de la guerre de 100 ans. L’exploitation est engagée depuis plus de 20 ans dans des démarches respectueuses de l’environnement. Aujourd’hui, une partie des vergers est en agriculture biologique.


ÉLEVEUR CHEVRELOGNE – LOIRET

Installation de la chèvrerie en 1994 avec 60 chèvres broutant l’herbe des plaines solognotes. Et que fait Patrick avec le lait ? Et bien, il l’apporte à Sophie et Christelle qui le transforme avec passion en crottins, bûches, faisselle…


ELEVEUR FERME DE LA PICANIERE – LOIR-ET-CHER

A la ferme de la Picanière, les vaches paissent l’herbe solognote depuis quelques décennies déjà! Chaque vache du cheptel, soit une soixantaine de vaches œuvrant à produire du  lait transformé en fromages, crème fraîche…Et qui les fabrique? Et bien, c’est Anne-Sophie!


DOMAINE DE LA GRANGE – LOIR-ET-CHER

Domaine situé aux portes des nombreux châteaux de la Loire où  Jean-Michel (mon papa!) et son frère Guy Genty sont la troisième génération de viticulteurs à vinifier avec passion la vingtaine d’hectares de vignes.


 MARAICHER JANKOWSKI Stéphane – LOIRET

Depuis mai 2012, Stéphane JANKOWSKI propose des légumes pour Les Paniers de Anne. Son parcours ? Né en janvier 1975, il travaille quelques années en tant que salarié du secteur public, mais l’appel de la terre est plus fort ! Il reprend donc la ferme familiale en 2005. Son credo ? Culture de plein champ pour les salades (…) et dans les serres pour tenir bien au chaud les tomates, aubergines…Avec qui travaille-t-il ? Des insectes ! Et oui,  de toutes petites « bêtes » qui permettent de lutter contre les ravageurs comme les pucerons…C’est la production biologique intégrée ! Mais encore? Cette méthode, si elle ne supprime pas totalement le recours aux produits phytosanitaires, en réduit fortement son utilisation. La production biologique intégrée les emploie  en dernier recours, après avoir fait travailler nos amis, les très, très petites bêtes! Légumes pour Les Paniers de Anne : salades, carottes, bettes, épinards et fines herbes…


ARBORICULTEUR LES FRUITS DU COLOMBIER – CHER

Les Fruits du Colombier (CHER) = pommes, poires dans tout leurs états. Elles sont proposées, non seulement, sous leurs formes originelles, mais également en confiture…

Jean LECLERC à commencé dans le Berry en 1952 comme négociant en fruits. En 1973, il fait l’acquisition du domaine du Colombier où sont plantés les vergers. Le domaine est depuis géré par Bruno et sa femme, Caroline LECLERC.


MARAICHER GUENOT NATURE – LOIRET

3ème génération de maraîcher! Alain GUENOT reprend les rennes de l’affaire familiale, située dans les alentours de Paris, en 1976 et c’est en 1984 qu’il s’installe en Sologne. Aujourd’hui,  ses enfants et leurs conjoints ont repris la ferme et continuent de proposer : épinards, bottes d’oignons et de carottes, épinards, salades et radis. Légumes pour Les Paniers de Anne : radis et épinards principalement.


ARBORICULTEUR LANSON & FILS – LOIRET

Les pommes, poires, cerises et prunes, c’est  chez les LANSON & Fils. Situé dans le Loiret, les fils Christophe et Thierry reprennent les terres de leur  père en 1986. Leur mode de culture ? La Production Fruitière Intégrée (acronyme P.F.I.). Et c’est quoi ? L’arboriculteur intervient de façon raisonnable dans l’emploi des intrants, utilise parfois des produits biologiques, travaille en « collaboration » avec les insectes pour lutter contre les maladies du fruit…Pour info, les pommes et les poires sont classées en catégorie 2 : elles ne sont pas calibrées. Dans Les Paniers de Anne, on mélange les calibres : dans la nature comme chez les hommes, il y a des grands, des petits, des moyens…


HUILERIE D’AURON – CHER

huileried-auronAnciens salariés, Ondine et Samuel rêvent d’acquérir une entreprise. Domaine d’activité recherché ? Les métiers de bouche. C’est chose faite depuis février 2014 ! Ils rachètent l’Huilerie Boussard située à Dun sur Auron dans le Cher. Elle date de 1860 et est installée dans une maison familiale depuis 1929. Visiter la fabrique, c’est remonter dans le temps… Enorme meule en pierre de 800 kg pour broyer principalement cerneaux de noix et noisettes des alentours et d’un peu plus loin. On broie entre 15 et 20 kg de noix/noisettes sous la meule pendant un quart d’heure et on obtient alors une pâte. Prochaine étape ? La torréfaction pour faire ressortir les arômes du fruit. La pâte est chauffée à 80°C. Cette pâte est ensuite enveloppée dans un tissu filtrant puis placée dans une presse hydraulique pendant une vingtaine de minutes afin de recueillir la précieuse huile. C’est l’extraction à chaud, elle trouve ici tout son sens puisqu’elle exalte les saveurs. Respirez donc l’huile de noisette et vous comprendrez…meulepierre

L’huilerie d’Auron c’est environ 40 tonnes de cerneaux de noix et 5 tonnes de noisettes transformés en huile par an. Et qui s’active dans l’atelier ? Ce sont Sébastien et Samuel. Si on avait dit à Sébastien qu’avec un CAP pâtisserie, il confectionnerait non pas des gâteaux mais de la pâte de noix et de noisette. Et si on lui avait prédit qu’il ferait de la mécanique sur des machines centenaires…

 


MINOTERIE GROSBOIS – CHER

Située au cœur du Berry, pratiquement au centre exact de la France, Bourges est baptisée « la ville aux sept rivières » en raison des nombreux cours d’eau qui la traversent et de ses marais réputés pour leur quiétude.

Situé sur l’Auron, un des cours d’eau de la ville, le Moulin de la Chappe fait partie des entreprises historiques de Bourges : c’est en l’an 1500 que le premier moulin à blé tendre est construit.

À l’origine c’est une roue à aubes entraînant quatre paires de meules de pierre qui broient le grain. Il faut attendre 1910 pour que les meules de pierre soient remplacées par des broyeurs à cylindres.

Depuis, le moulin est régulièrement rénové pour arriver à une capacité d’écrasement de 250 quintaux par jour. Il est détenu depuis 1939 par la famille GROSBOIS.


 

LE MOULIN LAURENTAIS – LOIR-ET-CHER

moulinlaurentaisAprès avoir enseigné durant plusieurs années, Catherine a passé le relais à ses collègues pour rejoindre son mari Michel, agriculteur. Pourquoi? Une petite idée a germé au fil des saisons… Proposer aux amoureux du local, farine, semoule, blé dur concassé et pâte produits avec les céréales de l’exploitation. La recette? Une meule en pierre, du blé et de la passion pour les produits authentiques! Le plus? Des idées de recettes parfaites au dos des sachets!

 

 


LES PATES FABRE – CHER

Ancien agriculteur, Monsieur FABRE a cherché comment valoriser au mieux les produits de la terre et il a trouvé ! Avril 1996 : naissance des Pâtes FABRE. Leitmotiv de la maison : qualité, tradition et différence !


MARAICHER SCEA NADOU – LOIRET

SCEA Nadou (LOIRET) = CHATENET Frédéric & Hélène (LOIRET). Ce sont eux les passionnés de légumes anciens! Ils cultivent cerfeuil tubéreux, crosnes, topinambours … Mais aussi, des légumes plus traditionnels comme les choux, les oignons, les pois croquants et les rutabagas.


PRODUCTEUR D’ŒUFS – CHER

Dans la famille Choiseul, Emmanuel est la 4ème génération a élever environ 90 000 poules pondeuses de la race Hy-Line dans le Berry en pays fort. Que mangent les poules? Leur alimentation, sans O.G.M.,  est fabriquée à la ferme avec du maïs, blé, colza, pois, carbonate de chaux (pour la coquille), minéraux et tourteau de soja. Les œufs sont calibrés xl (très gros), approvisionnement toutes les semaines pour un maximum de fraîcheur!

A titre indicatif, les œufs proposés par les G.M.S. sont, en général, de calibre 73/63, calibre inférieur au calibre xl.


PÂTE FEUILLETÉE FRANÇOIS – CHER

Depuis 1986, cette entreprise artisanale fabrique une pâte feuilletée de très grande qualité destinée aux professionnels et particuliers. Cette qualité tient essentiellement au choix des matières premières (farine de gruau, beurre extra-fin, exclusion de tout produits chimique) mais surtout à une recette transmise de mère en fils… presque un secret de famille.


BV’ PRIM – LOIRET

Ferme où la famille Girard cultive exclusivement des poireaux et les salades.

MARAICHER POMMIER THIERRY – LOIRET

L’asperge pousse dans les champs de la ferme des Nemoys depuis le début du siècle dernier. De génération en génération se transmet donc le savoir et savoir-faire pour cultiver cette capricieuse liliacée.

 

MARTIN POURET – LOIRET

Estampillée Maître Vinaigrier depuis 1797, la Maison Martin Pouret est la dernière à défendre la tradition du vinaigre à l’ancienne, selon le procédé d’Orléans. Papilles et émois gustatifs au rendez-vous.

Pourquoi du vinaigre à Orléans? Beaucoup de bateaux naviguaient sur la Loire et Orléans était un grand port fluvial. Et parmi tous les bateaux, certains contenaient du vin,parfois, « piqués ». Aussi, pas de gaspillage, ce vin était donc transformé en vinaigre.


 


En direct du Blog

Recherche contrat d’apprentissage pour mon fils

Une fois n’est pas coutume, je vais parler mecanique et non legume! Et o...lire la suite

Chou-fleur ou Jack be?

Et voila, il suffit que je propose des courges Jack Be Little dans les paniers...lire la suite

Arrivée des clémentines Corse et des crottins!

Bonne nouvelle : retour des agrumes avec les clementines Corse et les oranges ...lire la suite

Pause des paniers et betteraves

Pour information, les livraisons de paniers reprennent a la rentree de Novembr...lire la suite

  • Commandez votre panier !

    paypal-centre-sidebar